Rechercher
  • Cc

Définition et fonctionnement du stress :


Définition : Le stress est, en biologie, l'ensemble des réactions d'un organisme soumis à des pressions ou contraintes de l'environnement, les stresseurs. Ces réactions dépendent toujours de la perception qu'a l'individu des pressions qu'il ressent. Selon la définition médicale, il s'agit d'une séquence complexe de situations provoquant des réactions physiologiques, psychosomatiques. Par extension tous ces incidents sont également qualifiés de stress.


Dans le langage courant, on parle de stress positif ou négatif.


N.B. Le stress est différent de l'anxiété, celle-ci est une émotion alors que le stress est un mécanisme de réponse pouvant amener différentes émotions, dont l'anxiété.


  • La notion de stress (physiologique) a été introduite par l'endocrinologue Hans Selye, qui publie en 1956 The stress of life (Le Stress de la vie). Il y décrit le mécanisme du syndrome d'adaptation, c'est-à-dire l’ensemble des modifications qui permettent à un organisme de supporter les conséquences d’un traumatisme. Cette définition du stress se distingue en 3 phases :



  • Pour définir précisément "un stress", il faut cibler ces 3 éléments :


La source du stress : il s’agit d’un stimulus physique, mental, social ou émotionnel qui survient de manière imprévisible ou non, auquel il faut s’adapter et s’ajuster. Important ou mineur, ce stimulus peut avoir différentes causes.


La réaction inconsciente au stress : une fois le signal envoyé par le cerveau, des réactions physiologiques immédiates font leur apparition, comme la montée de l’adrénaline ou l’accélération du rythme cardiaque.


L'attitude adoptée face au stress : l’intensité de la réaction de stress dépend du message envoyé au cerveau et donc, de la perception que nous avons de ce stimulus. Ainsi, nous pouvons percevoir le stimulus comme dangereux, et donc stressant, ou à l’inverse, peu dangereux donc peu stressant.


L'impact de ces éléments diffère en fonction de chaque individu, provoquant un système de réponse plus ou moins fort. Cette intensité varie en fonction de notre génétique, de notre personnalité, de l’environnement et d’autres facteurs : ils sont variables, en fonction de chacun et en fonction de la sensibilité au stress !



  • Les 2 types de stress :


Le stress aigu : c’est celui que l’on peut appeler « bon stress » ou stress dit positif. En effet, il rend votre corps plus vigilant, stimule tous vos muscles, y compris le cerveau, et les alimente de manière plus importante en faisant battre votre cœur plus vite, en vous faisant respirer plus fort et en vous vidant de votre énergie. C’est par exemple ce stress qui rentre en jeu dans le cas de figure dont nous parlions précédemment. Ce stress aigu peut même être qualifié d’utile ou de vital, étant le facteur nous permettant de nous adapter à des changements dans notre environnement.


Tout le monde est touché par ce stress, même les enfants et les personnes âgées, contrairement à ce que l’on entend souvent. Plus ces facteurs s’additionnent et se complètent, et plus la situation est stressante. Cependant, rassurons-nous, tous ces facteurs de stress engendrent des réactions corporelles ne mettant en aucun cas en danger notre santé et étant nécessaire à notre adaptation à la situation.


Le stress chronique : Caractérisé par la prolongation du stress aigu sans discontinuer, appeler aussi stress négatif. Les hormones du stress sont alors sécrétées en continu. Le corps ne peut plus suivre cet état de stress permanent et s’épuise considérablement. Ce stress chronique est dû à un élément stressant qui refait son apparition de manière répétée.


Pour faire simple, le corps devrait pouvoir se reposer une fois au calme, mais l’esprit l’en empêche en lui rappelant que le lendemain sera identique au jour passé.


Et cela entraîne des conséquences diverses et variables sur le corps et son psychisme :




L'explication du stress en plus fun (et moins stressant... ?) : > ICI <


57 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout